De l'encre dans les veines

Une plume au bout des doigts, un monde derrière la tête...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cabélyst
Excellente Plume
Excellente Plume


Féminin
Nombre de messages : 1775
Age : 22
Localisation : physiquement, juste là. Mentalement, plus loin que tu ne pourrais l'imaginer
Loisirs : visiter, rêver, voyager
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : élève des mots à l'école des étoiles
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Silence   Dim 17 Avr - 13:48

Ca faisait longtemps... Shocked bon alors voilà ma petite dernière, j'aimerais beaucoup avoir des avis dessus parce qu'elle n'est pas du même genre que ce que j'écrit d'habitude.


Silence

Sors, court, vas-y, dégage. Allé, crève, va pleurer sous un pont, hurle, sert les poinds. Lance des caillous dans la Seine, déchire ton blouson de cuir, de toute façon il est déjà foutu. Vas-t'en, pieds nus, ça t'apportera quoi ? Fuis donc, espèce de lâche, je sais que tu reviendras toujours. Tu es chez toi ici, que ça te plaise ou non. Il faudra que tu reviennes. Ta vie est ici. C'est ça, claque la porte, prend-toi les pieds dans le tapis et sauve-toi, si tu peux. Dehors, il n'y a que le silence pour t'accueillir, tu le sais, et c'est ce que tu veux, parce que ce silence là est différent de celui qui règne à l'intérieur. Tu crois vraiment ? Mais c'est quoi le silence ? Pauvre débile, si prévisible, petit rebelle juste pour le fun, tu sais que tu n'auras pas d'autre choix. Tu devras y retourner, encore et encore, crever peut-être, lentement, en silence. Mais c'est quoi, le silence ? Le vacarme de la vaisselle, les cris et les rires, et toi qui agonises dans un coin de ta chambre, terré comme un lapin. Allé, sors pour une fois, va prendre l'air, le soleil et ses vitamines D, va brûler ta peau blanche. Il fait beau dehors, profites-en bien mon lapin, même si tu ne vois que ton ciel à toi, gris et froid. Tu n'as qu'à déambuler le long de l'eau qui coule, jalouse sa force indifférente, met-toi en colère contre elle, si tu veux, comme un gosse, ça ne changera rien. Et puis chiale un bon coup, comme un môme, parce que ce n'est pas ta maman que tu as perdu, mais toi. Chiale, morveux, parce que tu as perdu ta raison de vivre dans ton labyrinthe. Mais t'es chiant, chiale donc en silence. Mais c'est quoi le silence ? Oui, dit maman, c'est quoi le silence ? Tais-toi gamin, tu dis et tu penses des mots dont tu ignores le sens, tu craches des injures, tu blesses à tort et à travers, mais tout ce que tu penses, c'est le silence. Tu veux qu'ils te foutent la paix, qu'ils se taisent, qu'ils crèvent, et c'est toi qui te perds. En silence. Sans un bruit, sans un mouvement, sans une réaction ni un sursaut de résistance, tu t'enfonces et tu meurs à petit feu. Dans ton monde de silence, dans ton monde d'ignorance, tu te laisses disparaître. Et tu sors, tu erres, sans pouvoir hurler les épines qui te hâchent la gorge et le coeur, tu t'étouffes avec, tu tombes debout. C'est ton âme qui s'effondre, tes pensées qui s'effritent.
Toujours le silence, le silence étouffant, celui qui résonne en toi avec le goût amer de la solitude. Ca pourrait être ta devise. Tu n'es pas d'accord ? Quoi, j'ai tort ? Tu crois vraiment que c'est ça, des efforts pour s'en sortir ? Tu as beau dire, tout ce que tu fais, c'est du bruit qui ne parvient pas à recouvrir le silence, c'est du vent pour combler un gouffre. Tu ne sais même pas ce que c'est, et tu penses pouvoir y remédier comme ça ? Ce que tu devrais faire, c'est te calmer, réfléchir et trouver, mais tu t'aveugles. Tu continues à descendre dans le puit noir de ton coeur sec, en voulant crier pour faire de l'écho, pour te prouver qu'il y a encore de la vie en toi, en voulant fermer les yeux pour imaginer une bougie, et te prouver qu'il y a encore une lueur d'espoir, que tu marches vers la sortie du puit. Tu ne veux pas voir le noir dont tu as si peur, alors tu cherches à te tromper, à me tromper. Mais moi je sais bien que la mèche est soufflée, je sais bien que tu es seul et que tu t'enfonces dans les ténèbres. Je sais bien que tout n'est que silence autour de toi. Je sais bien que tu ne t'en sortiras pas, que tu ne trouveras pas de solution et que tu continueras à te perdre en silence. Que dis-tu encore ? Que je me taise ? Tiens, alors tu m'écoutais toujours, toi qui te fermes à tout ? Bien sûr, tu ne peux pas m'ignorer. Tu peux faire ce que tu veux de la présence des autres, mais moi, c'est différent, n'est-ce pas mon lapin ? Je resterai avec toi, et je te parlerai, je meublerai ton âme détruite. Que je me taise ? Mais dis-moi, voilà que tu hurles ? Arriverais-tu à briser le silence ? Laisse-moi rire, tu crois vraiment que tu peux le faire ? Tu crois vraiment que... Que fais-tu ? Que penses-tu faire ? Tu veux me faire taire de force ? Et comment, hein, petit malin ? Te séparer de moi ? Tu ne peux pas, enfin ! C'est trop drôle ça ! On ne peut pas se débarasser de sa conscience, mon coeur. Allons, fait-toi une raison Jude, tu sais bien que... Dis, tu m'écoutes ? Jude ?
Silence.

_________________
Soy hija de la luna.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LN
Plume habituée
Plume habituée


Féminin
Nombre de messages : 528
Age : 23
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Et ta soeur, on la catégorise ?
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Silence   Mar 31 Mai - 18:33

Bon, je l'ai lu en diagonale. Mais deux choses quand même :

- j'aime pas le contenu. Je le trouve un peu convenu, il n'y a pas assez de recul, et j'en ai un peu marre des histoires de rebelles, et aussi des non histoires. On en voit un peu trop à mon gout.

- j'aime le rythme. J'aime la façon dont tu a construis tes phrases, et la façon dont elles s'harmonisent entre elle, la maîtrise de la langue.

Je pense que tu devrais mettre la barre un peu plus haut. Faire quelque chose de moins confortable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabélyst
Excellente Plume
Excellente Plume


Féminin
Nombre de messages : 1775
Age : 22
Localisation : physiquement, juste là. Mentalement, plus loin que tu ne pourrais l'imaginer
Loisirs : visiter, rêver, voyager
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : élève des mots à l'école des étoiles
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Silence   Mar 31 Mai - 19:49

Merci d'avoir commenté en tout cas LN. Par contre, est-ce que tu veux bien m'expliquer plus en détails ce qui te dérange avec le contenu s'il te plaît ? Je n'ai pas l'impression d'avoir écrit sur un rebelle, mais si tu veux bien m'expliquer ton point de vue ce serait gentil et ça pourrait m'aider à y voir plus clair, à prendre plus de recul.

_________________
Soy hija de la luna.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mooney
Star des Plumes
Star des Plumes


Féminin
Nombre de messages : 2771
Age : 21
Localisation : En train de brûler du Musso devant l'Académie Française
Loisirs : Me perdre avec Leïla, interpréter les rêves des gens, deviner les pensées des passants que je croise dans la rue...
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain et Dessinateur
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: Silence   Mer 1 Juin - 0:54

Je viens de lire ton texte. Je suis globalement du même avis que LN.
Tu maîtrises la langue, c'est évident : tu arrives avec une efficacité notable à quelque chose de remarquable à partir du rythme des propositions, de la nature des phrases, des interpellations, de la ponctuation... C'est vif, rapide et atteint très rapidement le lecteur. Sur le plan technique, c'est donc tout à fait au point. (On regrette tout de même par moment l'absence de "pauses" plus douces, pour pouvoir souffler, mais c'est loin d'être dramatique Wink .) Mais le hic vient de la banalité totale de ton texte : dès qu'on l'a fini, on l'oublie car l'histoire ne peut nous toucher. Pourquoi ? Parce qu'il n'y en a pas. Tu nous ré-écris ici le topos littéraire de la rupture amoureuse et de la colère de la petite amie qui se fait abandonner. Alors la situation d'énonciation (avec ce texte qui ressemble peut-être plus une tirade de théâtre qu'une nouvelle, où la jeune fille s'adresse directement à Jude) vient donner un peu de piment, mais une fois que cette source d'originalité est assimilée par le lecteur... il n'a plus rien à se mettre sous la dent. Nous avons juste une scène, classique, sans tout ce qu'il y a autour, et sans même allusion à ce "autour" : la dispute apparaît dans un néant total ; ni caractères ni contexte, on lit puis on oublie ce texte qui, au final, se comporte plus un exercice de style qu'une nouvelle.
Il faudrait aller plus loin que ça : comme je l'ai dit plus haut, tu possèdes la technique, Cabélyst. Puisque tu l'as bien acquise, tu dois l'utiliser pour approfondir tes textes, et ne pas rester trop en surface. Tu es tout à fait capable de nous bâtir un univers complet et charmant avec tes mots, j'en suis sûre, mais comme l'a dit LN, il faudrait pour cela que tu mettes la barre plus haut. La forme doit servir le fond, et non se comporter de façon indépendante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diane-a-lu.livejournal.com/
Lolilola
Star des Plumes
Star des Plumes


Féminin
Nombre de messages : 2464
Age : 18
Localisation : Dans l'impasse
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain et poète
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Silence   Mer 1 Juin - 14:38

Je te refais pas le topo de BdM, Cab', je réagis juste par rapport à Mooney. ^^
Donc, Mooney : la banalité de l'histoire vient de ton interprétation. Je n'ai vu aucune rupture amoureuse, aucune dispute de couple, aucune petite amie en colère après son abandon. "Te séparer de moi ? Tu ne peux pas, enfin ! C'est trop drôle ça ! On ne peut pas se débarrasser de sa conscience, mon coeur." Ça me paraît explicite, non ? La voix, c'est la conscience de Jude, pas celle d'une jeune fille... Une sorte de dédoublement, de folie. Les reproches et la réalité accablante qu'on s'efforce de nier, qui explosent dans la tête avec cette foutue conscience, qui font que Jude cherche le silence. Enfin, c'est comme ça que je l'ai compris, et ça fait quand même moins cliché, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november38.unblog.fr/
LN
Plume habituée
Plume habituée


Féminin
Nombre de messages : 528
Age : 23
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Et ta soeur, on la catégorise ?
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Silence   Mer 1 Juin - 17:39

Bon alors. Mooney a dit exactement ce que je voulais dire, en fait. Mais pour expliciter un peu plus : j'aime pas le style pour le style et la détresse pour la détresse. Je trouve que ce texte manque cruellement de contenu, il est trop premier degré, tu ne prends pas assez de recul, tu ne cherches pas à raconter une histoire (je pense que c'est une erreur, de ne pas raconter d'histoire, après bon, si c'est un parti pris, tu fais comme tu veux.) Et puis ça manque de nuance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mooney
Star des Plumes
Star des Plumes


Féminin
Nombre de messages : 2771
Age : 21
Localisation : En train de brûler du Musso devant l'Académie Française
Loisirs : Me perdre avec Leïla, interpréter les rêves des gens, deviner les pensées des passants que je croise dans la rue...
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain et Dessinateur
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: Silence   Mer 1 Juin - 19:36

Hmm, en effet, j'ai dû passer un peu rapidement sur cette phrase. J'avais pensé en premier lieu à cette interprétation, puis je m'étais rétractée en lisant le "tu ne pourras pas te séparer de moi"...et j'ai loupé la suite. Je m'excuse donc de cette erreur de lecture. Néanmoins, cette dose d'originalité n'en donne que sur le très court terme : le rapport entre la conscience et le personnage de Jude n'est pratiquement pas exploité, il ne nous apprend rien sur ces deux "entités". En soit, cette forme d'écriture, par le dédoublement intérieur, n'est pas révolutionnaire... On la croise dans les livres (notamment dans le nouveau roman), et ce n'est pas la première fois qu'on le croise sur le forum (le premier exemple qui me vient en tête est Leïla qui avait fait une nouvelle sous cette forme, et il y en a d'autres ; il me semble que Piti-inconnue en a fait bien avant...). Après, tout dépend de ce que l'on en fait : si on fonde entièrement son texte dessus, sans rien construire autour, ce n'est pas passionnant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diane-a-lu.livejournal.com/
Lolilola
Star des Plumes
Star des Plumes


Féminin
Nombre de messages : 2464
Age : 18
Localisation : Dans l'impasse
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain et poète
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Silence   Jeu 2 Juin - 11:47

Je n'ai pas dit que c'était particulièrement original, mais que ça l'était plus qu'une rupture amoureuse. Après, je suis d'accord pour les non-textes. J'en fais énormément moi aussi, mais il faut vraiment que j'apprenne à bosser les intrigues. C'est vrai que ça finit par être un peu... Lassant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november38.unblog.fr/
Cabélyst
Excellente Plume
Excellente Plume


Féminin
Nombre de messages : 1775
Age : 22
Localisation : physiquement, juste là. Mentalement, plus loin que tu ne pourrais l'imaginer
Loisirs : visiter, rêver, voyager
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : élève des mots à l'école des étoiles
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Silence   Jeu 2 Juin - 14:07

Merci à vous d'avoir approfondi, je vois ce que vous voulez dire. En effet,il n'y a pas de vrai fond, j'ai du mal à faire une histoire à proprement parler. Je tacherai d'y faire attention la prochaine fois, mais j'ai beaucoup de mal à trouver une histoire, surtout quand je pars, comme ici, sur l'idée d'un texte très court. C'est rare qu'une trame, qu'une intrigue ou quelque chose ressemblant à une histoire me vienne à l'esprit. Est-ce que par hasard vous auriez une méthode pour essayer d'y remédier ? Je ne sais pas s'il y en a pour ce genre de problèmes...
En effet, c'est sa conscience qui parle à Jude. Après, c'est vrai que je n'ai pas fait dans l'originalité, mais ce n'est pas non plus ce que j'ai cherché à faire, et je n'ai pas cherché à copier un autre texte ou une autre idée, ou alors inconsciemment. ^^ En fait, je me rend compte qu'il n'y a même pas vraiment de contexte, on ne sait pas ce qui a déclenché tout ça Je ne sais pas si je vais arriver à retravailler ce texte pour lui donner un fond, mais je ferais plus attention la prochaine fois.

_________________
Soy hija de la luna.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lika
Excellente Plume
Excellente Plume


Féminin
Nombre de messages : 1956
Age : 24
Localisation : Paris V/XVIII <3
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain, Photographe
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: Silence   Jeu 2 Juin - 19:25

Citation :
Silence

Sors, cours, vas-y, dégage. Allez, crève, va pleurer sous un pont, hurle, sert les poings. Lance des cailloux dans la Seine, déchire ton blouson de cuir, de toute façon il est déjà foutu. Vas-t'en, pieds nus, ça t'apportera quoi ? Fuis donc, espèce de lâche, je sais que tu reviendras toujours. Tu es chez toi ici, que ça te plaise ou non. Il faudra que tu reviennes. Ta vie est ici. C'est ça, claque la porte, prend-toi les pieds dans le tapis et sauve-toi, si tu peux. Dehors, il n'y a que le silence pour t'accueillir, tu le sais, et c'est ce que tu veux, parce que ce silence là est différent de celui qui règne à l'intérieur. Tu crois vraiment ? Mais c'est quoi le silence ? Pauvre débile, si prévisible, petit rebelle juste pour le fun (j'ai un peu de mal là, tu introduis un élément familier dans un texte qui est plutôt bien construit, vivant avec un vocabulaire plus élevé --> juste pour rire par ex), tu sais que tu n'auras pas d'autre choix. Tu devras y retourner, encore et encore, (y) crever peut-être, lentement, en silence. Mais c'est quoi, le silence ? Le vacarme de la vaisselle, les cris et les rires, et toi qui agonises dans un coin de ta chambre, terré comme un lapin. (--> il manque quelque chose à cette phrase : un point d'interrogation au bout par exemple ou alors deux points pour la juxtaposer avec la phrase précédente) Allez, sors pour une fois, va prendre l'air, le soleil et ses vitamines (D), va brûler ta peau blanche. Il fait beau dehors, profites-en bien mon lapin, même si tu ne vois que ton ciel à toi, gris et froid. Tu n'as qu'à déambuler le long de l'eau qui coule, jalouse sa force indifférente, mets-toi en colère contre elle, si tu veux, comme un gosse, ça ne changera rien. Et puis chiale un bon coup, comme un môme, parce que ce n'est pas ta maman que tu as perdu, mais toi (maladroit comme tournure --> mais c'est toi / c'est bien toi par ex).. Chiale, morveux, parce que tu as perdu ta raison de vivre dans ton labyrinthe. Mais t'es chiant, chiale donc en silence. (j'ai un peu de mal avec le registre familier qui ne sert pas trop le contexte, il y a d'autres moyens pour exprimer la véhémence d'une personne, tu l'as très bien au début) Mais c'est quoi le silence ? Oui, dis (je pense ^^) maman, c'est quoi le silence ? (si c'est la pensée de l'enfant, mets-la en italique).Tais-toi gamin, tu dis et tu penses des mots dont tu ignores le sens, tu craches des injures, tu blesses à tort et à travers, mais tout ce que tu penses, c'est le silence. Tu veux qu'ils te foutent la paix, qu'ils se taisent, qu'ils crèvent, et (mauvaise coordination ou trop fragile, il en faudrait une qui mette en avant la fin de la phrase en introduisant peut-être une idée de circonstance) c'est toi qui te perds. En silence. Sans un bruit, sans un mouvement, sans une réaction ni un sursaut de résistance, tu t'enfonces et tu meurs à petit feu. Dans ton monde de silence, dans ton monde d'ignorance, tu te laisses disparaître. Et tu sors, tu erres, sans pouvoir hurler les épines qui te hâchent la gorge et le coeur, tu t'étouffes avec, tu tombes debout (l'oxymore pourrait être joli mais le sens n'est pas limpide). C'est ton âme qui s'effondre, tes pensées qui s'effritent. (bon rythme, belle phrase)Toujours le silence, le silence étouffant, celui qui résonne (quelqu'un de très pontilleux pourrait refuser l'image du silence qui résonne parce que dans l'absolu c'est impossible mais moi j'aime bien ^^ =))en toi avec le goût amer de la solitude. Ca pourrait être ta devise. Tu n'es pas d'accord ? Quoi, j'ai tort ? Tu crois vraiment que c'est ça, des efforts pour s'en sortir ? Tu as beau dire, tout ce que tu fais, c'est du bruit qui ne parvient pas à recouvrir le silence, c'est du vent pour combler un gouffre. Tu ne sais même pas ce que c'est, et tu penses pouvoir y remédier comme ça ? Ce que tu devrais faire, c'est te calmer, réfléchir et trouver, mais tu t'aveugles. Tu continues à descendre dans le puits noir de ton coeur sec (belle opposition puits/sec), en voulant crier pour faire de l'écho, pour te prouver qu'il y a encore de la vie en toi, en voulant fermer les yeux pour imaginer une bougie, et te prouver qu'il y a encore une lueur d'espoir, que tu marches vers la sortie du puits (métaphore trop classique à mon goût). Tu ne veux pas voir le noir dont tu as si peur, alors tu cherches à te tromper, à me tromper. Mais moi je sais bien que la mèche est soufflée, je sais bien que tu es seul et que tu t'enfonces dans les ténèbres. Je sais bien que tout n'est que silence autour de toi. Je sais bien que tu ne t'en sortiras pas, que tu ne trouveras pas de solution et que tu continueras à te perdre en silence. Que dis-tu encore ? Que je me taise ? Tiens, alors tu m'écoutais toujours, toi qui te fermes à tout ? Bien sûr, tu ne peux pas m'ignorer. Tu peux faire ce que tu veux de la présence des autres, mais moi, c'est différent, n'est-ce pas mon lapin (ironie trop décalée) ? Je resterai avec toi, et je te parlerai, je meublerai ton âme détruite. Que je me taise ? Mais dis-moi, voilà que tu hurles ? Arrivera(i)s-tu à briser le silence ? Laisse-moi rire, tu crois vraiment que tu peux le faire (ce décalage, cette distance est plus approprié au style que tu utilises) ? Tu crois vraiment que... Que fais-tu ? Que penses-tu faire ? Tu veux me faire taire de force ? Et comment, hein, petit malin ? Te séparer de moi ? Tu ne peux pas, enfin ! C'est trop drôle ça ! On ne peut pas se débarasser de sa conscience, mon coeur. Allons, fait-toi une raison Jude, tu sais bien que... Dis, tu m'écoutes ? Jude ?
Silence.


Alors... ton texte est riche mais il n'est pas suffisamment exploité. Tu pourrais avoir des perles à chaque phrase mais tu passes à côté, tu ne canalises pas assez ton style. Par ailleurs, attention aux fautes, qui sont nombreuses et qui n'invitent pas à lire le texte quand il y en a 3 dès la première phrase.
Dans l'ensemble j'ai bien aimé le style, l'enchaînement même si c'est arrivé que je perde le fil. Ton texte est vivant et c'est bien mais n'hésite pas à jouer davantage avec la ponctuation.
Mais comme les autres, je dirais qu'il faut vraiment un fond parce que pour arriver à parler de quelque chose d'inconnu du lecteur mais connu du narrateur rien qu'avec des métaphores, je pense qu'il faut pas mal d'entraînement. Parce qu'au final, il n'y a rien. Tu parles sans cesse du silence, le gamin veut du silence, il veut le silence de sa conscience, c'est ça ? Il veut qu'elle se taise pour ne plus souffrir, si j'ai bien compris mais il n'y pas de définition du silence. Tu joues tout au long du texte sur l'ambiguité, la contradiction bruit externe/parole de la conscience (qui ne fait donc pas de bruit réel) mais il n'y a rien vraiment d'exploité. Il veut du silence mais il claque la porte, il tombe dans le puits (même si c'est une image, ça connote un bruit), il jette des cailloux etc. Je sais pas si c'est vraiment compréhensible ce que j'écris u_u'. Dis-moi si tu veux que je reformule =).
Il y a une chute sans avoir de chute, on pourrait presque s'y attendre. Il faudrait vraiment une bonne fin pour clore tout ça.
Après trouver une trame n'est pas bien difficile, il n'est pas nécessaire pour un texte comme celui-ci d'avoir quelque chose de trop élaboré. Il faut juste un élément déclencheur et un but : Pourquoi sort-il ? Qu'espère-t-il obtenir en quittant sa maison ? En quoi cette chose qu'il veut obtenir changera la situation initiale ?
Voilà, j'espère que j'ai pu t'être utile.

_________________
Ne me demandez pas pourquoi j'écris, je vous dirai pourquoi je vis.

MA BOITE AUX LETTRES EST OUVERTE A TOUS LES ECRITS QUE VOUS VOULEZ FAIRE CORRIGER.
--> digitale-id@hotmail.fr
N'HESITEZ PAS !!



I.O'H. (L)

"Vous ne vivrez que de poésie et d'absconses mutations, d'illusions acidulées et de réalités dissoutes par la suie des grands boulevards."
© Paris Noir


*Connexion rare *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://photo-isard.skyrock.com
Cabélyst
Excellente Plume
Excellente Plume


Féminin
Nombre de messages : 1775
Age : 22
Localisation : physiquement, juste là. Mentalement, plus loin que tu ne pourrais l'imaginer
Loisirs : visiter, rêver, voyager
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : élève des mots à l'école des étoiles
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Silence   Jeu 2 Juin - 21:41

Merci beaucoup Lika, ne t'inquiète pas ce que tu dis me paraît très clair et utile. Désolée pour les fautes d'orthographe, j'ai honte. --"
Je pensais avoir donné une "définition" du silence au fur et à mesure que la conscience pose cette question, mais c'est peut-être trop implicite. Avec ce que tu viens de me dire, je me rend compte qu'un autre problème, c'est que tout est clair dans ma tête mais que je ne pense pas à le rendre clair dans le texte. C'est idiot mais j'ai tendance à oublier que ce qui est clair pour moi ne l'est pas nécessairement pour ceux qui lisent mon texte, surtout si j'écris de manière aussi implicite. ^^"
Après pour les incohérences que tu as relevées, par rapport au silence qu'il veut mais au bruit qu'il fait, c'est parce qu'il veut un silence "intérieur". Il cherche à recouvrir ce bruit intérieur, cette conscience qui le torture, à le faire taire, et c'est pour ça qu'à l'extérieur, il fait du bruit. Durant tout le texte, je parle d'un silence plus abstrait que le simple fait de ne rien entendre avec nos oreilles. Je ne sais pas si c'est clair ce que je raconte... Mais en tout cas c'est ma faute, ça ne ressort peut-être pas suffisamment dans le texte, j'ai du mal à prendre du recul en relisant ce que j'ai écrit, et à discerner ce qui reste compréhensible et ce qui relève d'un charabia incompréhensible pour tout autre personne que moi.

_________________
Soy hija de la luna.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Silence   Aujourd'hui à 21:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Silence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De l'encre dans les veines :: Ecrivains :: Les oeuvres :: Nouvelles-
Sauter vers: