De l'encre dans les veines

Une plume au bout des doigts, un monde derrière la tête...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ma vie commence ici...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clochette
Plume confirmée
Plume confirmée


Féminin
Nombre de messages : 1011
Age : 23
Localisation : dans les étoiles
Loisirs : dessiner, lire, snowboard, ski, randonné ...
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : 500 gramme de dessinateur, une touche de poète, un soupcon d'écrivain c'est môa !!
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Ma vie commence ici...   Sam 29 Nov - 16:00

Voici une nouvelle commencé il y a a peu près un moi que j'ai fini aujourd"hui...


Ma vie commence ici …

Tes Doigts cherchent frénétiquement ta plume, mais où est-elle bon sang ? Tu bougonnes tu ne perdras donc jamais cette habitude parler toute seule ?La voici, enfin sous le matériel de couture tu te précipite trop et fait tout tomber, les aiguilles s’éparpillent, tant pis. D’un coup, comme ça, tu as absolument voulu mettre des mots sur ce que tu ressens sur cette souffrance inutile qui s’est posé sur ton cœur en cette après-midi pluvieux de Novembre. Alors tu prend ton encrier, et t’assois tranquillement à la table de la cuisine , le chat s’installe sur tes genoux, comme d’habitude. Les années ont passé depuis la dernière fois que tu as pris une plume alors tu essais de te souvenir, seule, avec ta plume et ta main tremblante. La solitude te pèserai-t-elle ? Pourtant, tu as l’habitude de la solitude, petit vieillarde à la peau pourtant peu ridée mais au cheveux blanc comme neige. Les souvenirs te reviennent donc enfin ? Tu ne les rejettes plus ? Bien sur que si, alors pour simplement les éliminer tu écris, encore et encore, pour disons, les exorciser comme si on te sortait le diable du corps. Tu te signe à la simple mention du diable, te fait-il si peur que cela ? Mais revenons plutôt à cette feuille vierge que tu as devant toi, tu ne trouve pas les bons mots tu cherche, tu t’agaces seule dans ta petite cuisine. Non cette fois ce n’est pas un nouveau livre de compte que tu veut remplir et qui viendra se mettre la pile qui est soigneusement rangé dans le placard sous l’escalier. Le chat à faim. Il attendra. Tout d’un coup des images te reviennent comme ça, comme ou coup de poing, elle te font vaciller de ta chaise et tes yeux papillonnent comme pour les supprimer de ta tête. La première fois que tu as embrassé ton Jean vos rendez-vous secret sous les arbres, près de la porte du cimetière, qu’il était beau. Souvenirs d’une époque révolue. Tu grince des dents, non tu ne pleureras plus. Elles t’échappent quand même quand tu repenses à son rire saccadé, ah, qu’il aimait rire avec ses bonnes blagues qu’on se racontait autours d’une table d’amis les chaudes soirée d’été tu le regardait, moitié bougonnant, moitié riant avec lui. Et les bals, les valses où ils te faisait tourner, et encore tourner jusqu’à ce que tu perde la tête et que ton rire s’envole aussi les haut que les hirondelle, ah oui quelle belle époque. Tu mettais ta plus belle robe pour aller au bal, celle avec les fleurs, le son des accordéons te reviennent aux oreilles et tu n’essais pas de les bloquer, tu fermes les yeux et fredonnent avec eux . Et puis, enfin vint l’enfant tant désiré, un garçon hurla-t-on dans tous le village. Tu t’autorises une bref sourire. Tu l’as tellement chéri et dorloter ton petit garçon, vous étiez une vraie famille, tous les trois et rien ne pourrait rompre ta petite bulle de bonheur. L’odeur du chocolat chaud et des tartines de vraie confiture de framboise te revient enfin, sa petite bouille pleine de chocolat qui rigole avec ses quelques dents manquantes. Que dis-tu ? « Que le temps passe vite » c’est bien cela ? Oui, il passe vite tu es déjà grand-mère alors qu’il te semble être née hier, tant de choses t’échappent. Pourquoi donc cette vie si belle s’est tout d’un coup déréglé ? On te rejette, plus personne ne fait attention à toi à présent, ton Jean est mort, belle et bien mort, et toi tu es encore là, seule dans cette cuisine qui a connu auparavant tant de joie. Ton fils ne te parle plus, qu’as-tu donc fait pour mériter ça ? Tu l’as aidé et soutenu, tu as toujours été là, peut-être un peu trop là, qui sait ? Et tes deux petites filles que sont-elles devenues ? Presque des femmes à présent, enfin presque… La grande, qu’est-ce qu’elle est gentille dit-on partout, pas plus serviable qu’elle, le cœur sur la main. C’est vrai qu’elle est bien, elle sera une femme admirable elle l’est déjà presque du haut de ses 20 ans. En plus elle est responsable, c’est elle qui a su gérer toutes les conneries de son stupide père… non ne parle pas comme ça de ton fils. Et la petite alors dans tout ça ? Ho, on essai d’éviter souvent le sujet, elle est bizarre. Ses yeux semblent t’en vouloir, mais c’est vrai qu’on l’a pas vraiment préservé ces deux dernières années, cette cicatrice se refermera-t-elle jamais ? Tu secoue la tête d’un fataliste, il faut bien lui apprendre la vie, toi de ton temps à son âge tu étais déjà bergère… comme si tu étais un exemple et comme si le passé rattraperait le présent, tu ne comprend donc pas que ton temps est révolu ??? Enfin revenons à la petite. Elle paraît presque toujours triste ou bougon selon les jours, elle n’hésite plu à t’envoyer balader maintenant, elle te blesse, elle le sait, elle s’en fout. Elle se fout de tous à présent, le mépris est sa seule réponse à d’éventuelles questions, oui, tu sais bien que tu as perdu son amour mais tu ne fais rien pour le reprendre, de toute façon dans cette famille personne ne fait rien, tout le monde se tait, ou tout le monde s’en fout… Depuis que ton jean est partie plus rien ne va, mais qu’attend donc la Mort pour venir de prendre et t’emmener vers ton homme ? Mystère, la Mort de répond jamais à tes questions. Elle ne prend même pas le temps de te mépriser comme le fait ta petite fille. Ton fils à tout foutu en l’air, il a blessé ta petite fille, il a fait fuir son autre grande fille, il a fait fuir également sa femme. Que dis-tu ? « Qu’est-ce qui n’a pas marché qu’avons-nous fait de mal ? » Bonne question, je n’ai pas de réponse. Soudain, tu prend ta plume, la trempe dans l’encrier, l’essuie un peu et commence à écrire de ta belle écriture : « Ma vie commence ici… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clochettedu39.skyrock.com
Cabélyst
Excellente Plume
Excellente Plume


Féminin
Nombre de messages : 1775
Age : 22
Localisation : physiquement, juste là. Mentalement, plus loin que tu ne pourrais l'imaginer
Loisirs : visiter, rêver, voyager
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : élève des mots à l'école des étoiles
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Ma vie commence ici...   Sam 29 Nov - 16:06

J'aime bien. Mais sans plus, je suppose que c'est une question de goût. Peut-être que ça derait être un peu moins neutre, je trouve qu'on ne sent pas assez les sentiments de la vielle femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ma vie commence ici...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De l'encre dans les veines :: Ecrivains :: Les oeuvres :: Nouvelles-
Sauter vers: