De l'encre dans les veines

Une plume au bout des doigts, un monde derrière la tête...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une histoire d'amour pas très "net"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DarkFlower
Plume débutante


Féminin
Nombre de messages : 3
Age : 30
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Une histoire d'amour pas très "net"   Lun 1 Sep - 18:32

Voilà où nous en sommes,

Une relation qui prend l’eau, la demoiselle complètement perdue ;
Le damoiseau qui menace à chaque faux pas de la quitter.

Serait ce si néfaste que ça ? Elle était une jeune étudiante brillante, lui avait perdu goût à cela.

Elle avait repris goût à la vie et surtout l’amour en le rencontrant mais au fil de ces mois de relation, elle avait aussi fait face à l’ingratitude de son amant. Qui ne se gênait guère pour déverser ses colères sur elle, la menacer de la quitter à la moindre incartade, lui dire qu’elle payera ses actes, la regarder avec ce regard haineux qui la remplit d’effroi. Elle ne le reconnaissait plus, il était même allé jusqu’à lui dire que sa seule présence l’insupportait.

Elle avait peur. Lucie avait très peur à présent de celui qui était sensé représenter l’homme de sa vie. Lui Marwane si fringuant, si charmant mais si perdu dans sa vie. Elle ne lui dira jamais à quel point elle est déçue qu’il ne fasse rien pour avancer dans la vie, elle ne dira jamais comment ses amis peuvent le détester de la faire souffrir à ce point, l’un d’eux est même allé jusqu’à lui dire qu’elle défendait l’indéfendable et qu’elle parlait comme une femme battue.
- « Non, mais il est gentil quand même, arrêtez, je l’aime, point barre »
- « Il ne t’aime pas, arrêtez de t’illusionner, ce mec se sert tout simplement de toi… regardes comment il te traite en public, il t’humilie, te rabaisse. Il ne t’aime pas, sois en sûre. Lucie, tu es trop bien pour ce mec, trop gentille, trop douce, il ne te mérite absolument pas. Il ne se rend pas compte de tout ce que tu endures pour lui en silence, c’est un manipulateur et un salop »
- « Taisez vous, c’est l’homme de ma vie, voilà tout. Il a des hauts et des bas mais c’est normal dans un couple. »

Il passait son temps à la culpabiliser… même dans sa relation précédente, elle n’avait jamais autant été remise en question. « Tu passes ton temps à me blesser » disait-il… Elle pleurait en silence…car si elle pleurait devant lui, il restait complètement stoïque et insensible à ses larmes. L’aimait-il vraiment en définitive ? Ou profitait-il tout simplement du confort apporté par la demoiselle ? Dieu seul pouvait le savoir…

Lucie est de ces demoiselles sans histoire, de ces demoiselles qui se fondent dans la masse. Parisienne depuis peu, elle avait quitté son île natale La Réunion pour venir y étudier. Lucie avait connu avant Marwane une relation chaotique qui lui avait fait perdre toute confiance en elle, elle s’était résignée à penser que l’amour n’était pas quelque chose pour elle et qu’elle n’aimerait plus jamais comme elle avait pu aimer ce salopard qui lui servait à présent d’ « ex » comme disent les gens de nos jours. Elle avait tout donné à cet ancien amant et il en avait bien profité avant de la jeter tel un kleenex usagé par de nombreuses fois pour ensuite la reprendre et la rejeter. Ce fut un manège incessant qui dura plus de trois ans. Ainsi, le jour même où elle rencontra ce cher Marwane, elle n’hésita pas. Elle rompit sur le champ, sans réfléchir. Elle venait d’être victime d’un foudroyant coup de foudre… elle était comme hypnotisée par ce jeune homme si beau avec tant de bagout.

Marwane, quant à lui, était fils de diplomate, et vivait sur Paris depuis 3 ans déjà. Ce jeune homme, meurtri par la vie avait vu en Lucie un espoir, une renaissance… mais très vite, il constata les avantages d’avoir une pareille femme dans sa vie. Manipulable à souhait, docile et très aimante. Pourtant Marwane l’aimait, enfin il l’affirmait, il disait même vouloir l’épouser. Mais il ne pouvait s’empêcher de la blesser encore et toujours… Marwane faisait partie de ces « égratignés de la vie », tantôt dépressifs, tantôt joyeux, tantôt suicidaires, tantôt amoureux de la vie… Il se rendait bien compte qu’il faisait passer quelques une de ses frustrations sur sa compagne mais ceci ne l’empêchait pas de s’en donner à cœur joie quand il s’agissait de la blesser.

Mais comment ces deux êtres n’ayant rien à voir l’un avec l’autre avaient ils fait pour se rencontrer et tomber amoureux l’un de l’autre ? Hé bien la réponse est simplissime. Grâce à la technologie moderne : Internet. Lucie rencontra Marwane sur un site de rencontres par le biais de sa meilleure amie Sarah. Leur première rencontre était sensée se dérouler tout les trois mais à cause d’un fâcheux contretemps, Sarah n’avait pu venir au rendez vous fixé chez Lucie.
Ainsi, par un jour de Novembre, Lucie accueillait Marwane chez elle. Elle était vêtue d’une robe noire arrivant aux genoux mettant sa taille en valeur grâce à un ceinturon que Marwane remarqua dès qu’il la vit. Elle était descendue le chercher au rez-de-chaussée.

A sa vue, Marwane se figea littéralement. Il était comme hypnotisé par Lucie toute de noir maquillée et vêtue, on aurait dit une poupée gothique. Quant à elle, Lucie fut agréablement surprise de découvrir ce jeune homme mais ceci n’éveilla en elle aucun émoi particulier. Elle avait quelqu’un dans sa vie et malgré la nullité de la relation, se considérait comme quelqu’un de fidèle. Elle accueillit donc Marwane dans son modeste appartement d’étudiante pensant se faire un nouvel ami dans cette ville qui devenait peu à peu la sienne. Le courant passa immédiatement entre les deux, Marwane n’arrêtait pas de la fuir du regard et elle ne comprenait pas pourquoi. Ils discutèrent si longtemps qu’ils ne virent pas le temps passer, Lucie était de plus en plus séduite par ce jeune homme qui, certes la fuyait du regard, mais était si charmant et parlait si bien. Elle lui était de moins en moins indifférente mais gardait en tête le fait qu’elle n’était pas libre.
Donc elle ne tenta strictement rien. Ce qu’elle ignorait, c’est que Marwane avait complètement craqué et qu’il n’osait la fixer dans les yeux car alors, lui prenait une irrésistible envie de l’embrasser. A force de discussions, du coup, il était bien trop tard pour que Marwane rentre chez lui.

Lucie l’invita donc à rester dormir. Et, l’ordinateur n’étant pas loin, ils s’amusèrent à un jeu très particulier : se parler l’un à l’autre sur ce même ordinateur. Et les langues commencèrent à se délier. Lucie lui avoua qu’elle se trouvait en compagnie d’un très charmant jeune homme, ce à quoi Marwane répondit que ce jeune homme devait certainement la trouver sublime et avoir une folle envie de la prendre dans ses bras et de l’embrasser. Le rouge monta subitement aux joues de Lucie, qui n’osait plus le regarder fixement. Il se rapprocha d’elle, lui prit la main et déposa un doux baiser sur sa bouche. Elle n’en revenait pas, elle prit le soin de lui préciser « Nous n’irons pas plus loin, je ne peux pas aller plus loin ». Mais ceci, Marwane n’en avait que faire, un baiser de Lucie suffisait déjà amplement.

Lucie tombait de fatigue, elle décida donc d’aller s’allonger, il la suivit et se mit sur le lit voisin à bonne distance afin qu’il ne se passe rien.

Mais, plus les minutes passaient et plus la main de Marwane se rapprochait peu à peu du corps de Lucie. Elle le regardait de façon appuyée, le regard semblant lui crier « Rapproches toi, je t’en supplie ». Marwane commença donc à déboutonner très lentement du bas vers le haut la robe de Lucie qui n’opposait aucune résistance, elle restait figée, se disant qu’elle faisait une énorme erreur mais se délectait de chaque déboutonnage. Marwane n’osa pas défaire le dernier bouton.
« Je ne veux pas l’ouvrir complètement, je ne voudrais pas te gêner. Je veux juste caresser ton ventre, je veux juste t’admirer. Rien de plus »

Ainsi les mains de Marwane parcoururent le long du ventre rebondi de Lucie, il s’arrêtait toujours à la limite qu’il s’était fixé, il ne voulait pas la brusquer en tentant de lui caresser la poitrine. Mais elle lui prit la main et l’aida à déboutonner ce dernier bouton. De façon très sensuelle, elle se releva le temps de laisser glisser sa robe… le regard de Marwane s’illumina à la vue du corps de Lucie. Une poitrine soutenue par un soutien gorge balconnet blanc immaculée et une culotte de la même couleur… rêvait il ? Il semblerait que non. Cette jeune femme qu’il venait à peine de rencontrer quelques heures plus tôt lui dévoilait aussi vite son corps quasiment nu. A ce moment là, il n’hésita plus, il se rapprocha franchement d’elle et tout en la serrant dans ses bras, l’embrassa passionnément. Lucie prit alors l’initiative de lui enlever sa chemise et, cette jeune fille d’un naturel si timide, mit sa main dans le pantalon de Marwane afin de lui caresser son intimité. Elle put sentir la puissance du désir de Marwane pour elle à ce moment précis. Cependant elle ne lui enleva pas tout de suite son pantalon, elle préférait encore se délecter de ses baisers et laisser ses mains découvrir ce nouveau corps… cela faisait si longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi belle et aussi désirée par un homme. Et tant de questions se bousculaient dans sa tête pendant qu’elle s’abandonnait à ce quasi inconnu. « Cela ne va-t-il pas trop vite ? Va-t-il me prendre pour une fille facile si je lui avoue cette envie qui me consume ? »

Elle pensait aussi à celui qui lui servait encore accessoirement de petit ami. Ce petit ami si odieux, si ingrat, si méprisant qui n’avait de cesse de l’humilier et de la rabaisser. Il était même allé jusqu’à lui dire « j’ai honte de toi » et lui avait expressément demandé de ne pas lui tenir la main en public car « on pourrait deviner que tu es ma petite amie ». Il avait aussi précisé que pendant certains de leurs ébats, elle était réduite à l’état d’objet sexuel. En fait, Lucie s’était tout simplement enfoncé dans une relation destructrice depuis fort longtemps et n’avait plus eu le courage de le quitter. Par lâcheté. Ou plutôt par peur de la solitude. Ce petit ami, Nicolas, était loin. Ce jour là, il était loin dans tout les sens du terme. Loin d’elle mais encore plus loin de son cœur.

A ce moment précis où Lucie était allongée sur ce lit avec Marwane, Nicolas s’évanouissait peu à peu dans son esprit. Jusqu’à en disparaître complètement. Toutes ces humiliations, ces déceptions, ces épreuves étaient si loin d’elle. Elle n’hésitait plus. Elle brûlait de désir pour cet homme et, d’un geste rapide, elle retira à Marwane son pantalon ainsi que son caleçon. Sa timidité semblait s’être évaporée en même temps que les mauvais souvenirs de sa désormais ancienne relation. Car elle avait pris sa décision, cette vaste plaisanterie ne pouvait plus durer… Nicolas ne la méritait pas et elle n’était plus apte à jouer plus longtemps. Marwane était sa chance et, cette fois ci, Lucie ne la laisserait pas s’échapper. Elle avait déjà eu plusieurs propositions par le passé de jeunes hommes forts intéressants mais n’avait jamais eu le courage de sauter le pas. Pas ce soir là.

Alors elle fit quelque chose de fou, elle dit à Marwane quelque chose qui aurait pu le rebuter et lui faire prendre la fuite. Mais elle ne put le retenir, entre deux baisers, elle laissa échapper un « je t’aime ». Comment pouvait-on dire ces trois mots plein de sens à un inconnu ? En tout cas, elle les dit. Et le pensa. En prononçant cette phrase, elle donnait donc à Marwane le droit de tout arrêter sur le champ, de lui dire que tout cela allait trop vite, de l’abandonner et ne plus jamais la revoir… elle s’y attendait même…

« Moi aussi je t’aime »

Marwane ne semblait guère étonné de la déclaration de Lucie, il y avait même répondu. Et rajouté « je t’aime tellement mon ange, tu es si belle ». Elle n’en croyait pas ses oreilles. Mais, maintenant, tout était clair. Lucie s’était livrée, et avait reçu de la part de Marwane la preuve qu’elle ne s’était pas trompée. Sans mots, elle fit comprendre à Marwane qu’il pouvait entièrement l’effeuiller. Ce qu’il fit sans se prier. Ainsi, lentement, elle ramena Marwane sur elle et l’enveloppât de ses bras et ses jambes. Et ainsi commença…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliawe
Bonne Plume
Bonne Plume


Féminin
Nombre de messages : 416
Age : 106
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Poète ?
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Re: Une histoire d'amour pas très "net"   Lun 1 Sep - 18:43

Il y a quelques contradiction. Tu dis que pour Lucie ce fut le coup de foudre immédiat, mais lors de la rencontre, elle n'éprouve pas d'émois particulier... Ou alors j'ai raté quelque chose.

Mais j'ai bien aimé la façon de raconter l'histoire, même si je trouve qu'il manque toute la descente aux Enfers de Lucie après cette escalade du Paradis. Il y aura une suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DarkFlower
Plume débutante


Féminin
Nombre de messages : 3
Age : 30
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Une histoire d'amour pas très "net"   Lun 1 Sep - 18:55

Eliawe a écrit:
Il y a quelques contradiction. Tu dis que pour Lucie ce fut le coup de foudre immédiat, mais lors de la rencontre, elle n'éprouve pas d'émois particulier... Ou alors j'ai raté quelque chose.

Mais j'ai bien aimé la façon de raconter l'histoire, même si je trouve qu'il manque toute la descente aux Enfers de Lucie après cette escalade du Paradis. Il y aura une suite ?

Oui, il y a une suite. Mais je ne l'ai volontairement pas mise en ligne de suite. Je veux d'abord mettre en avant son bonheur avant de passer au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arty
Plume confirmée
Plume confirmée


Féminin
Nombre de messages : 1337
Age : 25
Loisirs : chant, théatre, écriture, ...
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain, poète, dessinatrice, photographe
Date d'inscription : 31/07/2007

MessageSujet: Re: Une histoire d'amour pas très "net"   Lun 1 Sep - 20:31

Merci pour ce début d'histoire, mais comme je le dis et le répète (m'enfin tu es nouvelle, ça se comprend^^), n'oublie pas l'annuaire des oeuvres la prochaine fois que tu postes Wink Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une histoire d'amour pas très "net"   Aujourd'hui à 15:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire d'amour pas très "net"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Houba! une histoire d'amour!"
» Quel est l'histoire d'amour la plus forte dans les dessins animés?
» Une histoire d'amour pour Dawn ?
» MARLEY ET MOI : MON HISTOIRE D'AMOUR AVEC LE PIRE CHIEN DU MONDE de John Grogan
» [Page, Martin] Peut-être une histoire d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De l'encre dans les veines :: Ecrivains :: Les oeuvres :: Nouvelles-
Sauter vers: