De l'encre dans les veines

Une plume au bout des doigts, un monde derrière la tête...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Elles avaient les cheveux des fées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eliawe
Bonne Plume
Bonne Plume


Féminin
Nombre de messages : 416
Age : 106
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Poète ?
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 11:39

(Alors, là, en particulier, j'aurai besoin de tous les conseils que vous pourriez m'apporter. J'ai du mal avec les nouvelles dès que je tente d'en faire plus d'une page.)

Elles avaient les cheveux des fées


Elle avait les cheveux des fées aux couleurs de début d’automne, d’un blond foncé rehaussé de reflets roux qui attiraient sur eux toute la lumière qui acceptait de venir s’y accrocher. Les gens se retournaient sur son passage pour admirer la cascade dorée qui coulait dans son dos au rythme calme de ses pas. Son teint de porcelaine s’accordait parfaitement à sa chevelure, ainsi que le gris profond de ses yeux qui n’était pas sans rappeler les cieux alourdis de nuages de l’automne. La fine pluie invisible qui s’en déversait ne faisait que confirmer parfois cette impression, perles de sel accrochées à ses cils recourbés pour s’écraser à ses pieds en silence.
Silence, elle n’était que cela. Les pensées affluaient au fond de son crâne mais ne franchissaient jamais le seuil de ses lèvres, bloquées par quelque force invisible mais puissante qui la tenait entre ses griffes, enchaînée à son silence.
C’était une fille discrète, sans histoire apparente, d’une beauté presque légendaire, aux formes agréables à l’œil et aux traits fins, douce, aimable, serviable, polie, généreuse et qui savait s’effacer. Une sorte de fille parfaite, disaient beaucoup. Seulement, s’effacer, elle ne savait faire que cela. Elle ne savait pas apparaître. Elle n’était qu’une façade irréprochable, une façade dont tout le monde se contentait voire même se satisfaisait.

Pourtant, un jour de début d’automne, l’une de ses journées magnifiques que ses cheveux rappelaient, elle fit la rencontre de l’hiver en une personne d’une maigreur affolante, au teint plus blanc que neige et aux cheveux raides et noirs, pareils aux corbeaux de la mort. Tout en elle indiquait la fin – et la faim ! – une apocalypse calme et tranquille, calculée par son regard dur et son attitude hautaine. Inaccessible. L’hiver.
Elle aussi avait les cheveux des fées, des cadavres de fées, plus exactement. Il émanait d’elle une aura étrange, effrayante pour la plupart et attirante pour une poignée d’individus, égarés dans les marges de la vie : la magie de la mort, la magie de l’hiver.
La fille d’automne faisait partie de ceux qui trouvaient cet éclat macabre attirant, terriblement séduisant. Cette apparence froide et détachée l’attirait, cette impression d’un drame qui ne tarderait pas à se dessiner l’attirait. Mais au delà de sa faim intérieure de destruction, elle voyait en l’autre des plaies à panser. Il est du devoir de l’automne d’aider l’hiver à naître.

La jeune fille trop maigre, quant à elle, s’intéressait aux couleurs chatoyantes de l’automne car elle savait que les couleurs les plus flamboyantes sont celles qui annoncent une fin prochaine. L’automne laisse mourir la nature en ses teintes les plus vives, se disait-elle. Elle savait que derrière cet étalage incandescent se tenait une âme au seuil de l’agonie, avançant sur le fil tranchant de l’épée de la vie où elle se couperait forcément. Que se passerait-il une fois la première goutte de sang tombée ? Les feuilles tomberaient-elles ?
Avide de mystère et de décadence, elle sentit toutefois une envie nouvelle naître en elle, un désir auquel elle n’était guère habituée et qui lui était désagréable : si les feuilles tombaient, les ramasseraient-elle ? Elle avait laissé son propre ramage tomber et n’en éprouvait aucun remord, mais il restait en elle la blessure secrète – à tel point qu’elle se cachait à elle-même son existence – que personne n’ait ramassé ses feuilles, que personne n’ait tenté d’essuyer son sang – car elle se doutait bien qu’elle ne l’aurait pas permis – et que personne n’ait vu son âme se briser. Alors, ramasserait-elle les feuilles d’une fille pour qui elle n’aurait dû éprouver que mépris et dégoût, une fille « parfaite » ?
Oui, elle le ferait, et elle commençait à s’en apercevoir comme elle s'apercevait que cette soi-disant perfection n'était qu'une façade dont personne ne voyait les failles ou dont tout le monde se refusait à les voir. Discrète, mais à l’excès : ce n’était plus de la discrétion, mais de la transparence. Il suffit souvent de poser un rideau devant une vitre trop sale pour que tout le monde s’extasie du morceau de tissus, mais qui pensait encore à la fenêtre en dessous ?
Et elle connaissait la réponse…

Au fil des jours naissait entre elles une union, un lien invisible, tout comme elles. Pas un mot échangé, simplement quelques regards de cieux gris à cieux gris, au fond desquels luisait une pluie qu’elles s’efforçaient de cacher, qui en disaient bien plus long qu’aucun mot ne l’eût pu.
Elles étaient dans le même lycée, et voisines de surcroît. La fille trop généreuse que l’on apprécie par pure cupidité et la fille glaciale et hautaine qui semblait croire le monde à ses pieds chaussés de talons immenses qui lui conféraient une certaine hauteur, une distance vis à vis de ce monde qu’elle semblait vouloir dominer.
L’automne s’allongeait, quand un jour, au milieu de Novembre, la fée d’hiver ne vint plus en classe. Au bout d’une semaine d’absence, en tant que meilleure élève et d’une bonté innée, la fée d’automne décida de lui porter ses devoirs. Au fond d’elle-même, il y avait cet étrange sentiment d’urgence, cette peur irrationnelle de perdre l’autre, aussi se mit-elle à courir jusqu’au domicile de sa camarade.
A bout de souffle, elle frappa doucement à la porte d’entrée, oubliant momentanément la sonnette, trop bruyante pour elle. Une visage creusé de sillons de larmes fraîchement écoulées lui ouvrit, les pieds nus. La fille glaciale qu’elle côtoyait habituellement était méconnaissable, mais sa douleur affichée ne l’en rendait pas moins belle. Sa fragilité était magnifique.
« Que veux-tu ? demanda-t-elle brutalement.
- Je…
- Entre, fit-elle d’un ton lassé d’être constamment dur et méprisant. »
Un sourire naquit sur les lèvres des deux jeunes filles, étrangement triste. La frontière entre les saisons s’effilait.
Elles restèrent ensemble durant de longues heures et la soirée se finit en sanglots, larmes de soulagement d’avoir pu et su abandonner peu à peu les apparences qui leurs étaient tellement pesantes !
Elles se revirent ainsi tous les jours et le dialogue s’établit naturellement, bien qu’elles parlassent peu. Les feuilles tombaient et la fille aux cheveux noirs les ramassait tandis que celle aux cheveux d’or sombre essuyait doucement le sang déjà séché de l’autre, au risque délectable de se couper toutes deux sur le glaive de l’existence.

Le 21 Décembre, elles se tenaient dans la pénombre rassurante d’une chambre, leurs doigts caressants la peau et les cheveux de l’autre. Elles avaient les cheveux défaits et la douceur des fées dans leurs gestes. Les tissus coulaient lentement vers le sol. Elles pleuraient en silence, heureuses. Avec plus de tendresse qu’il n’est humainement possible, leurs lèvres s’effleurèrent.
L’automne se mêlait à l’hiver.


Dernière édition par Eliawe le Lun 1 Sep - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mooney
Star des Plumes
Star des Plumes


Féminin
Nombre de messages : 2771
Age : 21
Localisation : En train de brûler du Musso devant l'Académie Française
Loisirs : Me perdre avec Leïla, interpréter les rêves des gens, deviner les pensées des passants que je croise dans la rue...
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain et Dessinateur
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 11:51

C'est une très belle nouvelle, et la fin est magnifique. C'est mon passage préféré. De façon générale, elle m'a plut. Mais il y a quelques détails... bizarres.

Citation :
Elle avait les cheveux des fées aux couleurs de début d’automne, d’un blond foncé rehaussé de reflets roux qui attiraient sur eux toute la lumière qui acceptait de venir s’y accrocher. Les gens se retournaient sur son passage pour admirer la cascade dorée qui coulait dans son dos au rythme calme de ses pas. Son teint de porcelaine s’accordait parfaitement à sa chevelure, ainsi que le gris profond de ses yeux qui n’était pas sans rappeler les cieux alourdis de nuages de l’automne.
C'est pas très important, mais j'ai tiqué sur les "automne". Je les trouve un peu trop proche. Pas au point de faire une atroce répétition, mais j'ai tiqué dessus.

Ensuite, tu dis au départ que ces filles ont des cheveux de fées. Et à la fin, tu dis plus simplement "les fées". Il y a une nette différence, cocotte !

Passons maintenant au sang qui coule et aux feuilles d'arbres qui tombent. Quelles feuilles d'arbres ? Le sang qui coule d'où ? Je me suis posée ces questions et j'ai pas trouvé. Il serait intéressant d'expliquer rien qu'un chouïa de plus, de façon subtile si possible, ce qui se passe à ce fameux moment.

Dernière chose, l'écrit manque d'action. La fin est prévisible, mais j'avoue ne pas trop voir comment faire du suspens avec cette nouvelle. Le sujet ne s'y prête pas...
Mais l'intérieur est un peu trop fade. Si tu avais une idée pour mettre un peu d'action, ce serai pas mal...

Voilà, j'ai bien aimé ton texte, mais ce serai encore mieux si tu soignais ces détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diane-a-lu.livejournal.com/
Eliawe
Bonne Plume
Bonne Plume


Féminin
Nombre de messages : 416
Age : 106
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Poète ?
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 11:57

Les répétions, il me semble qu'il y en a de partout. J'ai du mal à trouver des synonymes à automne, mais je vais chercher. Je ne suis pas contre des propositions Neutral

Par contre, le passage des cheveux des fées aux fées complètes, ça, c'est fait exprès. Bon, ça ne se voit pas, mais dans ma tête, c'est l'une pour l'autre qu'elles deviennent fées.

Je te remercie de ta lecture et ton appréciation =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monbbjtm66
Plume habituée
Plume habituée


Féminin
Nombre de messages : 838
Age : 106
Localisation : Sur la terasse de l'appart du 3ème étage du n°11 de l'avenue Foch, dans le brouhaha ambiant
Loisirs : Gym, Danse, Equitation, Ecriture, Photo, ...
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Dessinatrice / photographe à mes heures (non) perdues
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 12:45

Deux petites fautes sur la fin... Les seules je crois, les autres correcteurs le diront si y en a plus, hein
Citation :
se couper toutes deux sur le glaive [...] plus de tendresse qu’il n’ait est humainement possible
Razz


Citation :
Elle avait laissé son propre ramage tomber et n’en éprouvait aucun remord, mais il restait en elle la blessure secrète – à tel point qu’elle se cachait à elle-même son existence – que personne n’ait ramassé ses feuilles, que personne n’ait tenté d’essuyer son sang – car elle se doutait bien qu’elle ne l’aurait pas permis – et que personne n’ait vu son âme se briser.
Je trouve cette phrase trop longue, dure à suivre avec ces "parenthèses-tirets" (ça à un nom ? *.*) Il faudrait peut-être la scinder en deux... Rolling Eyes

Sinon... J'aime assez le début. C'est vrai qu'il y a peu (pas du tout même, dans cette partie) d'action, mais je crois que c'est ce qui m'attire : l'absence d'événements notable, une simple description...
Ça va peut-être paraitre bizarre, mais mon caractère est un mélange de ces deux filles xD Peut-être aussi ce qui me plait assez...

Par contre, j'accroche beaucoup moins sur la fin, à partir de «Au fil des jours...». Elle est trop prévisible à mon gout, et puis j'aime pas particulièrement les fins "heureuses" Razz J'prefère des fins tristes, de l'horrible, de la souffrance, de la mort, de la haine... *.* (monbb est folle, je vous l'accorde...)


Sinon, pour le sang et les feuilles, j'ai l'impression de voir à peu prés ce que tu veux dire. Je ne saurais pas l'expliqué, on va dire que je le ressens plus que je ne le comprend (et comme j'avais dit je sais plus où, sur Sombre Torpeur je crois... j'arrive pas à expliquer ces choses-là xD)
Bon, c'est pas totalement ça, mais si je devais le formuler, je dirais que les feuilles qui tombent et le sang qui coule sont leurs vies qui s'effilent, s'effritent. Et que le ramassage des feuilles et l'essuyage du sang sont en quelques sortes une aide pour reconstruire ces vies. Chacune aide l'autre à se refaire...
*Explication pas du tout comme je le ressens, mais ça serait ce qui s'en approche le plus...*



Monbb a encore ecrit une tartine --' Voila une habitude que je perdrais jamais xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliawe
Bonne Plume
Bonne Plume


Féminin
Nombre de messages : 416
Age : 106
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Poète ?
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 14:10

Oh, ces fautes ! Je suis irrécupérable -_-"

Les phrases longues, tiens, c'est drôle, on me fait aussi la remarque en poésie. Je vais voir ce que je peux faire pour la raccourcir, pareil, je ne suis pas contre des propositions.

A vrai dire, moi non plus je n'aime pas trop quand ça finit bien. Mais on m'avait demandé d'écrire un truc qui finissait bien.

Pour le sang et les feuilles, c'est un peu ça. Mes métaphores ne sont pas du tout, mais alors pas du tout fameuse. Je prendrai bien comme excuse que ce texte à quelques mois derrière lui mais bon...

Je vais corriger les fautes et voir ce que je peux faire (pas tout de suite, mais je prends note).

Merci à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alea
Plume confirmée
Plume confirmée


Féminin
Nombre de messages : 1302
Age : 23
Localisation : Quelque part dans un autre univers...
Loisirs : Equitation, musique, lecture...
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Ecrivain, poète et apprentie photographe ^^
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 14:27

J'aime beaucoup cette nouvelle... Contrairement à Moony, je ne m'attendais pas à cette fin... Je pense que le fait que tu emplois souvent que l'automne est en faite le début de la mort de la nature pour laisser la place à l'hiver m'a plutôt fait croire que la jeunne fille aux cheveux d'automne allait mourir...^^ Je trouve que ta nouvelle est plutôt bien écrite, tu as mit un peu de poèsie dans ta nouvelle, tu as essayée d'entrer/de nous montrer le plus possible le caractère différent de chacune et je pense que tout le monde à une part de l'une de ses filles en soit...*moi se serait la fille d'automne...^^* Juste pour le début, tu as écris cette phrase "...enchaînée en son silence." J'aurais mis "enchainer dans son silence" Voilà, c'est tout... En résumé j'aime beauoup ta nouvelle surtout ta manière de décrire les deux jeunes filles... Ca donne une impression de calme, de sérénité, on a l'impression que le temps s'arrête, on comprend la détresse de chacune... J'aime beaucoup !^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mon-univers-imaginaire.skyrock.com
Pacô
Bonne Plume
Bonne Plume


Masculin
Nombre de messages : 438
Age : 24
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : écrivain
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 14:47

On reconnaît l'âme de la poète Wink. Le texte est syntaxiquement irréprochable. Une ambiance de poésie règne (enfin, je le ressens comme ça du moins --'). Mais c'est vrai que l'action est pas au top. Pour une poésie, c'est désiré. Mais pour une nouvelle, ce peut être lassant. Remarquez, elle n'est pas longue, donc ça passe. Une action en un si court texte, ce serait du suicide littéraire Smile.

Mais la fin est effectivement prévisible... Du moment où tu as dit vers le début qu'elles s'attiraient mutuellement, j'ai compris. Et si tu veux garder un minimum de suspens, pense à mystifier leur relation. Parce que là, c'est clair comme de l'eau de roche...

M'enfin, j'ai tout de même bien apprécié ce texte. J'en redemande même Razz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliawe
Bonne Plume
Bonne Plume


Féminin
Nombre de messages : 416
Age : 106
Catégorie (Ecrivain,Poète,Dessinateur,Photographe) : Poète ?
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Lun 1 Sep - 16:24

Alea (tiens, j'aime bien ce pseudo), merci. Enchainée en son silence... Le dans est mieux, effectivement. C'est qu'en poésie, on a tendance à préférer le 'en' après un 'e' pour des questions d'esthétiques (d'où tout mon problème à écrire une nouvvelle -_-").

En effet, la fin est prévisible, ce qui est plutôt embêtant dans une nouvelle. Le manque d'action, à vrai dire, c'est un peu voulu. Les actions et moi... (Et il y a des romans fabuleux avec très peu d'actions) Remarque, pour une fois qu'on comprend ce que je veux dire lol!

Bref, à revoir tout ça (mais je ne vais pas changer tout le texte non plus, j'en écrirai un autre, en espérant qu'il soit mieux).

Merci des conseils =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elles avaient les cheveux des fées   Aujourd'hui à 3:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Elles avaient les cheveux des fées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les ruelles n'ont plus rien de ce qu'elles avaient ? {Lilyldän}
» Comment les femmes votaient, quand elles n'avaient pas le droit de vote...
» Coiffure "épi" pour cheveux raides
» Jeune fille cheveux bleus
» damoiselle aux cheveux verts(bikono)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De l'encre dans les veines :: Ecrivains :: Les oeuvres :: Nouvelles-
Sauter vers: